Being be-rewt



Lundi 30 mai 2005

La politique du pire

Attention : ce qui suit parle du référendum et n'est pas intéressant.

Je n'arrive ni à être déçu, ni a être heureux du résultat d'hier. Ce non me fait autant peur qu'il peut être salvateur. Peur parce qu'après le deuxième tour des présidentielles, les français ont denouveau montré qu'ils n'écoutaient pas les hommes politiques des partis modérés, que la confiance était définitivement partie, que le dernier sursaut de 2002 était mort avec la surdité (au sens propre et au sens figuré) de Chirac. On a souvent dit que les gouvernements utilisaient l'Europe pour faire passer leurs décisions les moins populaires, l'Europe l'a payée. On peut (encore une fois, ne désespérons pas) espérer enfin un sursaut de la classe politique.

Je ne désespère pas car, même si le non est une solution dangereuse, elle peut, je le crois, aboutir à une solution meilleure que celle proposée. Peut-être pas dans le texte, mais au moins dans la façon de faire. Il peut aussi être le coup de grâce. Ce qui me fait peur, c'est que celui qui doit agir pour cela est celui qui a été minable depuis qu'il est président, celui qui n'a aucune vision, celui qui a été digne de ce que je pensais de lui en mettant son bulletin dans l'urne pour battre Le Pen.

be-rewt à 17:59 - Haut - 8 commentaires



Samedi 21 mai 2005

Commentaires en panne

Attention, les commentaires de ce blog sont en panne. J'avais laissé une coquille dans une modification de code à la va vite pour éviter le spam de commentaires. La coquille est trouvée mais mon hébergeur déconne et je ne peux mettre à jour le fichier en question. Je préviendrai quand les commentaires seront ouverts. En attendant, si vraiment vous avez un truc urgent à dire. Vous pouvez me prévenir par courriel.

Merci à Matoo de m'avoir prévenu pour la coquille.

P.S. : ça devrait remarcher.

be-rewt à 15:55 - Haut - 4 commentaires



Vendredi 20 mai 2005

Artisant blogueur

Via une publicité télévisée : le blog d'Arnaud. Un truc de visionnaire : un blog, c'est le nouveau nom du site web pour faire jeune, rien de plus. C'est vrai que là ils ont poussé le concept : ça n'a même pas l'apparence d'un blog. Après l'étape numéro 1 : s'affranchir du contenu, on a atteint l'étape 2 : s'affranchir de la forme. Qu'est ce qu'il reste ? Un mot pour amuser les équipes de com.

Coquille vide, malheur de la communication, tout ça... Quelque chose me dit qu'un entrepreneur va encore regretter que les sociétés de communication se trompent sur l'utilisation des blogs. On pourra toujours dire qu'on avait prévenu.

be-rewt à 09:56 - Haut - 1 commentaire



Lundi 09 mai 2005

Le fond et la forme, 42e épisode

Le sujet de la fracture blogosphérique est de retour. Laurent a remis les pieds dans le plat et on a eu le droit à une analyse de Loïc. Le sujet me tient à cœur, certainement parce que je dois commencer à faire parti du canal historique de la blogosphère, tendance publication érratique.

Comme beaucoup, j'ai eu du mal à accepter qu'on dise que tout et n'importe quoi est un blog, ça doit être parce que j'appartiens à un petit nombre qui a du mal à avaler que le phénomène se démocratise. Ça va un peu mieux depuis que j'ai décidé que tout le problème n'était qu'un problème de vocabulaire.

Je crois que ceux qui comme moi ont commencé à avoir un blog avant leur médiatisation ont collé au nom blog une sémantique bien à eux. Un blog devait alors être un mélange désintéressé de billets personnels, de réflexions et d'informations, peut importe le dosage. C'est ce qui avait expliqué le premier problème rencontré avec les blogs entièrement personnels (voir le syndrôme de Tante Cécile).

Aujourd'hui, d'autres genres arrivent et hérissent le poil des anciens en se proclamant comme étant des blogs. En effet, qu'on perde l'aspect personnel ou qu'on ait une volonté mercantile et il devient difficile de revendiquer son appartenance à une blogosphère à l'ancienne. Si l'on accepte de penser que l'on peut appeler tout cela blog car leur forme est celle d'un blog, il n'y a aucun problème. Seulement voilà, nous sommes des vieux cons, nous pensons qu'il ne suffit pas qu'un site ait la forme d'un blog pour en être un.

Une solution de blog peut servir à autre chose qu'à bloguer. À force de ne pas différencier avoir un blog et avoir un site web ayant le format d'un blog, les blogs perdent leur âme et deviennent des vulgaires sites web dynamiques. Je comprends très bien que ça agace quand on est arrivé dans la blogosphère en ne voyant des blogs que la forme. Je crois d'ailleurs que c'ets le cas de Loïc. Il est arrivé dans le monde des blogs en voyant le potentiel de l'outil, pas en s'intéressant au contenu.

be-rewt à 17:17 - Haut - 14 commentaires



Lundi 02 mai 2005

42% pour le Rien à battre

Pas calmés par le désastre de ses dernières estimations de campagne, l'ami IPSOS, et ses accolytes BVA et Louis Harris (l'institut au nom de pain de mie) nous inondent de sondages affirmant que le oui / le non / le nannaranabattre l'emporterait. Jour après jour, les journalistes suivent l'évolution des indécis avec une fébrilité digne d'un bookmaker clandestin devant une retransmission radio du match entre Laneuville et Blainville. Et bon dieu de nom d'un Benoît XVI qu'est ce que ça peut me les briser menu (accompagné de persil, c'est meilleur) d'entendre l'évolution au jour le jour d'un panel de 2600 anonymes dont je me contretripote la chambre à air.

En même temps, il faut les comprendre les journalistes. Vu le sujet, c'est encore plus sexy de regarder deux courbes se tirer la bourre que de demander à Lionel Jospin (l'homme qui fait mal quand il se retire) des arguments pour le oui pendant 20 minutes. Manque de bol pour nous tous, ils arrivent à cumuler les deux, c'est dire si on touche le fond. Faut dire que nous intéresser à un truc aussi sexy que Maïté en porte-jaretelles, c'est pas forcémment simple.

À part ça, aux dernières nouvelles et d'après le sens du vent, la rédaction de berewt.net est à 100% pour le oui et n'en dira pas plus.

be-rewt à 10:54 - Haut - 4 commentaires





Ce site est hébergé par ovh. Il a été codé à la mimine par son auteur (aidé par la doc php). Les jours de beau temps, il a le bon goût d'avoir un code XHTML1.0 valide et il en va de même pour sa feuille de style, et pour son pauvre petit et ignoble fil RSS. Mon voisinage est disponible sur GeoURL.