Being be-rewt



Mercredi 31 mars 2004

Pendant ce temps là, dans les tranchées

Tu te promènes sur ce blog avec insoucience lecteur, un peu trop nonchalant à mon goût d'ailleurs. N'entends tu pas à quelques liens de là, le bruit des canons qui tonnent ? Je voudrais pas te gacher ta journée mais l'heure est grave et il faudrait la remontée d'une octave. Les propos (plus ou moins) virulents de Laurent ont fini par déchainer les passions (là il serait de bon ton de mettre un lien mais je ne peux pas, tu vas comprendre pourquoi). Alors, pour faire court et neutre parce que le sujet est assez monté en épingle comme ça, on va pointer vers ce qui s'apparente à un casque bleu perdu au mileu du conflit, à savoir le résumé sur pointblog.

Dans cet article, on notera aussi qu'il est question de l'émergence de deux "clans". Là on attaque un autre problème, déjà soulevé par Michel Dumais. Personellement, dans mon camp retranché, j'ai été victime d'un dommage collatéral. Loïc avec qui j'ai été assez virulent ces derniers temps (et je ne pense pas que cet épisode changera ma ligne éditorial) m'a crédité à tort d'un commentaire l'insultant suite à une mauvaise interprétations de mes propos ici même (j'espère que ce lien ne sera plus d'actualité bientôt, j'ai demandé la rectification du billet).

En écrivant ces lignes, je m'aperçois que Loïc propose un armistice. Il est en effet temps d'arrêter l'escalade. Pas sûr que, comme l'espère Loïc, l'on arrive à faire évoluer dans la blogosphere francophone dans la joie et la bonne humeur. Je crois que nos divergences de point de vue sont trop importantes pour lisser entièrement les propos et garder le sourire. Laurent a effectivement utilisés des noms d'oiseaux dans son blogs à l'encontre de certain et même si ça m'a fait sourire (je ferai trois avé et un pater pour me faire pardonner), il est vrai que c'était certainement un peu trop belliqueux. D'un autre coté, Loïc a demandé la supression d'un billet sur Embruns alors qu'il n'était pas insultant... Un partout, balle au centre, une Guinness pour tous et on recommence... plus respectueusement.

be-rewt à 13:28 - Haut - 3 commentaires



Mardi 30 mars 2004

Le vote sanction

Youpi youpla voilà donc ma tant attendue (sisi, ne me contredisez pas, je ne suis pas d'humeur) analyse des résultats des régionales. J'aurai mis du temps à m'y mettre, peut-être parce que mon avis est moins tranché que les resultats. C'est vrai qu'une grande partie de la politique mise en œuvre par le gouvernement m'exaspère. C'est vrai aussi que voir le Copé avec son sourire de premier de la classe se faire battre en île de France m'a mis la patate. Surtout avec son attitude digne d'un mec qui t'invite à t'asseoir en se préparant à retirer ta chaise pour que tu te casses la gueule. Content aussi de voir ma région virer à gauche avec un bilan plus que moyen pour le président sortant (que celui qui n'est pas d'accord m'explique en quoi la Lorraine est une région dynamique). Ce qui me réjouit moins, c'est que les résultats laissent véritablement penser (tout le monde se l'accorde) à une sanction de la politique gouvernementale. Ça réjouit quasiment tous les oppposants à la politique hautaine de Raffarin, pas moi. Je suis déçu de voir les français détourner le but premier de cette élection (on ne me fera pas croire que seul le président de l'Alsace avait un bon bilan à droite) et l'utiliser comme un vote sanction. En même temps, je ne vois pas d'autres moyens pour faire entendre raison à ce gouvernement, sourd à tout mouvement social.

Après le désastre des présidentielles et son résultat de république bananière, on a le vote local qui se transforme en désaveu national pour la droite. Deux élections qui me replonge dans mes doutes concernant la cinquième république. Le système des élections est à repenser, la façon de rendre des comptes pour un gouvernement est à inventer (on ne peut se contenter d'un vote tous les cinq ans). Vu le contexte, je crois qu'il est tant de créer un blog pour la sixième république.

Et merde, j'ai dérapé ; jusqu'à cette dernière phrase j'étais bien parti pour faire un vrai billet sérieux.

be-rewt à 13:16 - Haut - 6 commentaires



Lundi 29 mars 2004

Comment taire ?

Mediatic supprime des commentaires. Il empêche même certains de commenter (lire le commantaire de Guillermito dans le lien précédent). Il n'est pas le seul, chez mon grand ami Jeff (qui a terminé deuxième hier en île de France, ce seul résultat me réjouit) aussi, on joue de la hache à deux mains dans les commentaires. On a tellement taillé d'ailleurs que je n'ai pas de liens à vous proposer. Loïc lui nous explique qu'il ne répond pas aux commentaires anonymes. Si vous voulez une réponse, merci de bien vouloir donner vos noms prénoms et adresse complète.

La force d'un blog, c'est que tout le monde peut critiquer ce qui y est écrit expliquait Loïc sur BFM. Si on est pas d'accord avec le contenu d'un billet, on peut le faire savoir dans les commentaires. Vous avez beaucoup de chance que quelqu'un vienne dire que c'est faux et ça va rester dans vos commentaires disait très exactement Loïc dans son interview. Dans deux des cas citer ci-dessus, on n'a plus de contradiction de ce qui était dit, les Garcimore des blogs ont tout fait disparaître. Dans le troisième, on élude la question. Voilà une belle démonstration des blogs utilisés pour le débat d'idées. Vous reprendrez bien une part de démagogie, c'est les apôtres de la e-démocratie qui régalent.

be-rewt à 10:57 - Haut - 4 commentaires



Jeudi 25 mars 2004

Le blog en deux pages

Et hop, on a droit à un nouvel article sur les blogs. Paru dans le nouvel obs', cet article accumule les approximations fausses. Le blog espace creux, ayant un succès basé sur le phénomène de starification façon star academy, il y a de quoi enerver plus d'un blogueur. La journaliste ayant rencontré Loïc, on a le droit au couplet classique sur la démocratie immergente. Elle a visiblement été voir aussi comment ça se passait à Paris Carnet. Malheureusement, elle avait visiblement un avis préconçu et n'as écouté que ce qui pouvait aller dans son sens.

Évidemment, la critique est facile. On peut se demander pourquoi il semble si difficile aujourd'hui de pondre un bon papier sur la blogosphère. Pas un truc qui épate les auteurs de blogs, non, juste un truc qui leur ressemble. Le blog est passé par la case branchouille et son image est en pleine construction, je pense que c'est le cœur du problème. Il faut donner une vision cohérente d'un outil qui permet des publications allant du journal de Lou au blog de netlex, en passant (entre autre) par le pôle des blogs sur les standards, ou ceux sur le tricot. Pas facile. L'utilisation du blog a aujourd'hui tellement de dérivés qu'il est aussi difficile de la résumé en quelques lignes que de décrire à quoi peut servir un site internet en général sans réduire son champ d'étude. Un article général ne peut se permettre de tenter de décrire les motivations d'un blogueur ou son profil sociologique, tout juste peut-il décrire les outils et la forme d'un blog. Ça serait déjà un beau challenge d'ailleurs, vu les débats qui ont eu lieu sur la définition d'un blog.

Les journalistes ont pris du retard en ce qui concerne les blogs et ils ne le rattraperont s'ils ne s'intéressent pas à savoir pourquoi ils veulent parler des blogs, tout comme un blogueur n'ira pas loin s'il ne sait pas pourquoi il veut ouvrir un blog.

be-rewt à 10:44 - Haut - 10 commentaires



Mardi 23 mars 2004

En retard et en avance

En retard (des vieux liens qui trainent) :

En avance (ou presque) :

  • La MousseLorraine reprend en avril, soyez vigilant, pour une fois c'est avant la date parisienne. Les mosellans pas assez téméraires pour venir à Nancy sont tout de même les bienvenus...
  • Le cri d'alarme des jeunes chercheurs qui invite les doctorants et post-doctorants à faire une demande symbolique d'expatriation. Pas encore signé, j'ai même un doute concernant l'intérêt de la chose. Il est vrai que contrairement aux directeurs de laboratoire nous n'avons aucune démission symbolique à donner. Le plus efficace serait encore de boycotter les postes précaires proposés mais c'est pas évident à assumer pour un jeune chercheur sans le sou.

be-rewt à 17:57 - Haut - 2 commentaires



Vendredi 19 mars 2004

Séparez les blancs

Je ne te reverrai pas avant la semaine prochaine ami lecteur. D'ici là, dimanche sera passé (tu as le droit d'admirer ma capacité de raisonnement). Donc, ce dimanche, n'oublie pas d'aller voter. Pour qui tu veux, je m'en fous, mais bouge toi le derrière et fous-y un bulletin valide dans l'urne (ou le contraire). Oui je sais, le vote blanc, c'est celui des bons démocrates qui n'aiment pas les politiques qu'on lui propose. C'est la voix de ceux qui veulent dire j'aime la démocratie mais je ne vois personne ici pour me représenter. J'en ai entendu des amis qui m'expliquait pourquoi le vote blanc c'était bien, pourquoi il devrait être reconnu.

Pas d'accord du tout la biroute. Le vote blanc, c'est surtout la voix de ceux qui refusent les compromis, renvoyant dos à dos ceux qui proposent un projet démocratique et des extrêmes. Je me fous de tes opinions politiques mais j'ai rarement vu quelqu'un qui s'accomoderait aussi bien du programme du FN, de LO, du PS ou de UMP ou de l'UDF. Tu as des préférences ou même simplement tu ne veux pas voir certaines listes au deuxième tour ? Exprime le. Au pire tu joues à plouf-plouf entre les listes de ceux que tu n'arrives pas à partager mais vote pour l'une d'elle.

Reconnaître le vote blanc, c'est donner un poids à tous ceux qui se contentent de ne pas être d'accord sans rien avoir à proposer de mieux, c'est encourager le désengagement de la politique. Voter blanc au premier tour, c'est espérer en arriver là. Le seul moment à mes yeux où le vote blanc peut se justifier, c'est entre deux candidats que l'on juge équivalent au deuxième tour d'une élection. Par contre là aussi, je ne vois pas l'intérêt de comptabiliser ce vote, de lui donner un poids.

Je tiens à préciser que toute ressemblance avec une situation réelle dans le paragraphe ci-dessus serait purement fortuite. Dernier point pour les régionaux de l'étape : si vous voulez avoirs des informations en ligne sur les candidats, c'est par ici.

be-rewt à 14:36 - Haut - 4 commentaires



Jeudi 18 mars 2004

Le compteur et les standards

Dans le billet précédent, j'ai utilisé une liste de définitions pour présenter le questionnaire. Je trouve que c'est particulièrement adapté. C'est même une vachement bonne idée de ma part si tu veux mon avis. Ouais, c'est vrai, ça n'a rien d'épatant mais j'avais envie de m'organiser mon petit moment de gloire à moi. Enfin bref, passons. Donc, on a une belle liste de définition et on se dit que ce qui serait encore mieux ça serait de pouvoir numéroter les questions automatiquement. Ouais, ça serait un truc énorme, le genre de truc qui te rapproche du Walhalla. Bon, trêve de tournage autour du pot, c'est possible... Et là, avant que tu te dises que le monde c'est quand même un truc bien foutu, je finis ma phrase : c'est possible... en théorie. En pratique c'est supporté par quasiment aucun navigateur, alors que c'est bien dans les standards de la version 2 de CSS.

C'est pas grave, on va quand même expliqué comment ça marche.

L'idée est toute bête : on a des propriétés CSS permettant de gérer le compteur. La gestion du compteur se fait en trois étapes. Reprenons l'exemple de notre questionnaire. Tout d'abord, pour faire les choses bien, j'ai collé une classe questionnaire à l'élément <dl> de ma liste de définition. Après, on style ça avec classe (ou presque). Tout d'anord, on initialise notre compteur à chaque début de liste correspondant à un questionnaire : dl.questionnaire {counter-reset: ques-num} (on note au passage que j'ai décidé d'appeler le compteur ques-num, ce qui n'a quasiement aucune importance). Ensuite, on indique quand on doit incrémenter le compteur. Ici on doit le faire à chaque question, donc à chaque élément lt;dt>. C'est pourquoi on doit utiliser la règle suivante : dl.questionnaire dt {counter-increment: ques-num}. Il ne nous reste plus après qu'à afficher le numéro grâce à ceci : dl.questionnaire dt:before {content: counter(ques-num, decimal) ". "}. Ici, on indique qu'avant chaque question, on affichera la valeur de notre compteur (en chiffre) suivi d'un point et d'un espace. En résumé, voilà le style à ajouter :

dl.questionnaire {counter-reset: ques-num}

dl.questionnaire dt {counter-increment: ques-num}
dl.questionnaire dt:before {content: counter(ques-num, decimal) ". "}

Voilà un bout de code qui devrait aller avec :

<dl class="questionnaire">

<dt>Question 1</dt>
<dd>Réponse 1</dd>
<dt>Question 2</dt>
<dd>Réponse 2</dd>
</dl>

Et voilà enfin ce que çe donne :

Question 1
Réponse 1
Question 2
Réponse 2

Je t'avais prévenu, ça ne fait rien. Pourquoi est ce que je te raconte tout ça puisque ça ne marche pas ? Parce que j'aimerais bien que ça marche. Parce que c'est déjà très correct sans les numéros et que ça ne coûte rien de le rajouter. Vous ètes alors prêt pour les futures versions de votre navigateur favori.

Finalement, cet exemple montre tout l'intérêt des standards de styles face à l'évolution des logiciels. Grâce à du code sémantique et des feuilles valides, peu importe les propriétés supportées par le navigateur. Au pire, la page perdra des informations de mise en page mais restera parfaitement lisible.

be-rewt à 14:31 - Haut - 2 commentaires



Mercredi 17 mars 2004

Le milky questionnaire

Alors, hop là, calme toi tout de suite, je n'ai pas changé d'avis (d'ailleurs, ai-je déjà donné mon avis sur le sujet ?), les questionaires c'est mal. Mais çui là, si tu veux, c'est pas vraiment là même chose. D'abord parce que c'est celui de Milky, ma blogueuse préférée tellement elle a du style et qu'elle vole trop bien dans sa salle de classe et puis... Et puis rien, c'est largement suffisant comme justification. Ah si, la réponse au questionaire ça permet d'utiliser les listes de définitions, et les listes de définitions, c'est bien mangez en, y'a un article là dessus dans pompage.

Vous avez l'obligation de participer à une émission de télé-réalité, et on vous laisse choisir laquelle. Laquelle ? Pourquoi ?
Ouais, c'est avec une première questrion comme ça qu'on commence à regretter de s'être lancer dans un questionnaire. Allez hop, je vote Star Academy, parce qu'au moins tu as un minimum à faire dans ta journée et tu peux rencontrer des chanteurs que t'aimes bien (probabilité faible, mais quand même).
Quel épisode -véridique- un tant soit peu glorieux, ou extraordinaire, ou insolite de votre vie racontez-vous à un auditoire que vous souhaitez impressionner (ou, plus modestement, divertir quelques minutes) ?
Celui de cette fête de nouvelle an où je me suis fait prendre par un vigile avec un sac rempli de course acheté dans un autre magasin sans avoir bien évidemment la facture sur moi (promenez vous avec un énorme sac et des tresses dans un supermarché, vous verrez, ça inspire pas les gens à vous faire confiance). Ouais, cette histoire là, en général, elle amuse beaucoup mes amis. Mes amis sont bon public, oui, je sais, c'est pour ça que c'est mes amis.
Dans quel film avez-vous vu la maison / l'appart de vos rêves ? (Soyez précis, par exemple "chez Amélie Poulain, pour le carrelage de la salle de bains et la lampe de chevet-cochon")
L'appartement de Mulholland Drive, ne serait ce que pour sa cour intérieure. J'ai toujours préféré les extérieurs des logements à l'intérieur.
Citez quelque chose de rond ou d'ovale que vous aimez bien.
Le vacherin Mont d'or, cherche pas, ça m'est venu comme ça. Flambé avec un vin du jura, un délice !
Citez quelque chose de carré ou de rectangulaire que vous aimez bien.
Ma carte d'électeur, c'est la période.
Quel est l'objet le plus précieux (sentimentalement et/ou financièrement) qui se trouve chez vous ?
Des cartes d'anniversaires, des vieilles correspondances avec des amis.
Racontez une anecdote de votre enfance, tellement insignifiante à première vue qu'on pourrait se demander pourquoi vous vous en souvenez.
Une camarade de classe qui s'était fait un suçon sur le front avec une puce sauteuse en plastique en classe de CM2 (oui c'est très con). Y'a pas qu'à première vue qu'on peut se demander pourquoi je m'en souviens.
Si on devait vous cuisiner pour des anthropophages, quelle est la cuisson qui vous siérait le mieux, et avec quels ingrédients vous accommoderait-on ?
Comme les pommes séchées, en me laissant au dessus du radiateur. Avec de la canelle. Messieurs les anthropophages, j'ai resisté au mois d'août, alors vous ètes pas prêt de passer à table.
Conservez-vous vos places de cinéma ? Si oui, de quelle manière les collectez-vous ?
Oui et non. Je les garde mais je ne les range pas, elles ont leur vie propre, certaines finissent par réapparaître quand je range un placard, d'autres sont définitivement égarées, toutes sont quasiment illisibles.

Il manque une question pour faire un feu mercredix et je continue d'avoir des doutes sur la santé mentale de Milky. Je suis trop fort en conclusion, je sais, merci.

be-rewt à 15:52 - Haut - 4 commentaires



Mardi 16 mars 2004

L'évalutation de a recherche

Cher Jean-François, tu permets que je t'appelle par ton petit nom vu qu'on a tous les deux un blog. Cher Jean-François donc, tu serais pas un peu fatigué par ta campagne pour les régionales ? Si je te demande ça, c'est parce que je viens de lire ton dernier billet à propos de la recherche en France. J'ai bien tout lu et j'ai remercié mentalement le gouvernement dont tu es porte-parole 42 fois au nom de tous mes amis qui viennent d'obtenir leur doctorat et qui auront un des post-doctorats que vous avez bien voulu ouvrir au lieu d'un poste permanent. Pour leurs deux années de CDD, merci, vraiment. C'est qu'on fait de la recherche sereinement quand on est embauché pour deux ans et qu'on doit postuler tous les ans pour un poste de titulaire. Et puis, on a pas besoin de tant de personnes permanentes pour faire de la recherche, on peut faire avec des intérimaires en contrat "longs", hein ! Excuse moi si j'ai l'air un peu cynique mais je me dis que c'est bientôt à mon tour de candidater et je me vois mal me faire un nouveau CDD. En plus je m'emporte et m'éloigne un peu du sujet que je voulais aborder au départ.

Donc, ce qui a vraiment retenu mon attention, au milieu de toutes ces pensées sereines et constructives que tu as couchées sur ton blog, c'est celle concernant le CNRS. Tu dis Songez, par exemple, que l'évaluation de la qualité des travaux de recherche est sous la responsabilité ... des syndicats ! Tu veux dire que ces gens là jugent eux même si ce qu'ils font est bien ou pas ? Tu veux nous faire comprendre que c'est intolérable car ils sont à la fois juges et partis ? Je ne peux être que d'accord avec toi, on ne peut cautionner une tel démarche, c'est aller tout droit vers le corporatisme le plus vil. Un peu comme quand les députés votent eux même l'augmentation de salaire des ministres et des députés sans consulter le peuple...

Donc, on est d'accord, tout est bien qui finit bien... Ou pas. Sérieusement, qu'est ce qu'il t'arrive Jean-François ? Tu t'es fait agressé à coups d'éprouvette quand tu étais petit  pour dénigrer comme ça une partie des chercheurs ? Regardons les faits. Les sections, organes de vérifications les plus proches des chercheurs en ce qui concerne l'évaluation, sont composées effectivement de 2/3 de membres élus par le personnel de recherche lui même. Le tiers restant est composé de membre nommés par le ministre délégué à la recherche. Le plus haut conseil (le conseil scientifique) est lui composé de 19 membres nommés par le ministre sur 30 et il propose la moitié des membres composant les conseils de département, chargé du lien entre ce conseil et les sections (ouais, c'est un peu le bordel). Un niveau sur trois potentiellement entre les mains des syndicats. Outre le fait qu'il existe pour ces élections des listes indépendantes (non syndiquées) et que je ne pense pas que tous les autres soient partiaux parce que syndiqués, il est important de dire que les sections ne peuvent aller à l'encontre des décisions des deux autres conseils. Donc non, l'évaluation de la recherche n'est pas entre les mains des syndicats. Tenir de tels propos et demander un débat serein, c'est pas un peu se foutre de la gueule du monde ? De plus, puisque tu veux prendre la réforme par ce bout, qui veux tu voir à la tête d'une commission d'évaluation, puisque tu ne veux pas des gens jugés compétents par leurs pairs et leur ministre ? J'aimerais bien ton avis là dessus.

be-rewt à 15:48 - Haut - 0 commentaire



Lundi 15 mars 2004

Appel à témoin

Je suis étudiante en maîtrise de communication à l'université de Nice Sophia Antipolis et je réalise une enquête sur le thème des weblogs et des
webzines d'information dans le cadre de mon mémoire de recherche. Vous lisez
les articles sur ce type de site mais vous n'avez jamais ou rarement osé
commenter les articles ou écrire vos propres chroniques ? Vous êtes la
personne que je recherche. Voici mon adresse mail : [email protected].
Ecrivez-moi, je vous expliquerai quand et comment notre entretien se
déroulera.

Voilà, suffit de me demander gentillement et on est publié. Ça se passe comme ça maintenant ici. Toi aussi, si tu as un vélo à vendre, une ame sœur à trouver ou que tu as perdu ta tante Cécile dans la galerie marchande du Auchan de Plumelec et que tu veux lancer un appel à témoin, tu peux toujours demander. Bon, je risque de t'envoyer promener mais tu peux toujours demander.

En attendant, répondez à la dame, elle à l'air d'avoir besoin de vous (ouais, pour finir par me demander un truc pareil, faut être vraiment désespéré).

be-rewt à 14:10 - Haut - 2 commentaires



Vendredi 12 mars 2004

Assassinons tante Cécile

Ma chère tante. Je t'espérais moribonde lorsque j'ai fait ta connaissance. Pas loin d'un an après, force est de constater que tu te portes comme un charme. Ayant comme à de nombreuses personnes fait l'acquisition auprès de toi d'une image du blog en viager, la situation actuelle n'est pas forcément parti pour me plaire. Que tu te lances en politique, ça m'avait déjà inquiété. On ne se lance pas en politique quand on est vieux usé et fatigué (quoi que), c'est donc que tu n'étais pas si mal en point. Les apparences n'étaient pas trompeuses. Te voilà maintenant entrain de parader sur un dossier de France2. Le journal de Lou, symbole de ta santé de fer, élevé au rang de référence, j'en suis encore sur le cul. Je te vois, chère tante, en train de danser debout sur la table en me lançant un sourire narquois. Oui, ce viager, c'était une connerie. On n'achète pas un bien en viager à Duncan McLeod. Je m'imagine déjà le pire, entendre quelqu'un me dire quand j'avouerai à moitié honteux que j'ai un blog : Ah oui, un truc où tu racontes ta vie, comme le journal de Lou.

Il ne reste qu'une solution, être assez nombreux pour pouvoir t'étouffer chère tante, pour pouvoir vivre convenablement dans ce viager, sans que tu y mettes les pieds si souvent que les visiteurs croient que tu est la maitresse de maison.

be-rewt à 11:57 - Haut - 5 commentaires



Jeudi 11 mars 2004

Interlude pictural

Un dessin de Hamtaro, le héros hamster Voilà, merci à Morgan pour l'idée. Ça ne change pas vraiment mon humeur mais c'est vraiment n'importe quoi.

be-rewt à 14:12 - Haut - 10 commentaires



Mercredi 10 mars 2004

Petite annonce

Recherche sujet léger, sans prise de tête, capable de me changer les idées, de me faire sourire. Sujet blogosphèrique et blague idiote s'abstenir. Écrire au blog qui transmettra.

J'ai denouveau écrit plein de brouillon avant de les supprimer. C'est souvent le cas quand le sujet m'énerve. La relecture m'est si pénible que je finis par tout supprimer avant de terminer.

PS : Pour toi lecteur, je vais faire un effort et résumer : Claudie, Jean-Pierre, je vous merde.

be-rewt à 17:21 - Haut - 10 commentaires



Lundi 08 mars 2004

L'étron de la honte

Je trouve l'image rapportée dans ce billet du StandBlog (une photo de campagne de Marine Le Pen, déchirée à moitié et décorée d'un étron entre les deux yeux) lamentable. Tout cela est pathétique, emplie d'une haine plus grande encore que celle véhiculée par les théories nationalistes du Front National. La dégradation de l'image n'est pas le pire, c'est le fait qu'on puisse s'en réjouir qui me choque le plus. Je n'arrive pas à approuver que lon puisse répondre par la haine à des idéologies malsaines. À se satisfaire ainsi d'un tel symbole, on donne du crédit à l'image de victime du FN. On donne l'image de tomber une fois de plus dans le camp des anti-démocrates, de placer l'extrème droite en seule solution pour faire respecter les valeurs républicaine. À quand la tonte de Marine Le Pen sur une place publique ? Ça serait encore plus drôle, non ?

La France va mal, pas uniquement parce qu'elle commence à faire le grand écart entre les idéologies extrémiste mais aussi parce que les démocrates se mettent à apprécier les gestes anti-démocratiques.

be-rewt à 14:20 - Haut - 3 commentaires


Tiens, un compte-rendu

C'était partie pour être une des pires MousseLorraine jamais organisée : Noliv' (dont il faut absolument aller admirer la publicité pour l'i-pod et son travail sur le :hover en CSS) et moi, seuls, à comparer nos pagrank, abandonnés lachement par Solveig et François. Heureusement, par un prompt renfort arrivé tout droit de Paname et constitué d'une star du net (sissi (impératrice), j'insiste) et d'un tsar du lien, nous nous vîmes sept autour de la table. Deux plus deux égal sept, ton esprti alerte se met en branle et tu te dis que la Guinness devait manquer de fraicheur. Et bien non, car dans le sillage de ces gens, nous récupérâmes un Patrik Roy à l'esprit alerte et un duo d'amis moqueurs de Iok' et Meujor (lâchement absent, à cette soirée comme dans son blog).

Une très bonne mousse donc, avec plein de concepts (grâce en particulier à Noliv', baptisé monsieur un concept à la minute par Iok') et, pour une fois, plein de photos.

be-rewt à 11:03 - Haut - 5 commentaires



Vendredi 05 mars 2004

1964

Le dernier album de Miossec est entre mes mains depuis hier soir, entre mes oreilles depuis ce matin. Des textes oscillant entre du moyen (essayons) et du très bon (Rose, Brest), une orchestration moins minimaliste que les premiers albums, plus symphonique que le dernier, qui ne laisse malheureusement pas toujours l'impression de coller à l'esprit des textes. Une voix égale à ce qu'il a toujours fait, parfois un peu limite (l'orchestration n'arrange rien, hélas), parfois un peu à coté de la plaque, souvent émouvante. L'ambiance générale est assez sombre, comme d'habitude.

Un bon cru, j'ai un petit coup de spleen à force d'entendre les chansons, avec Miossec c'est un signe de qualité. On est loin du formidable album Boire (son premier album, le meilleur à mon goût), c'est moins poignant, plus inégal mais ça reste un album de qualité.

be-rewt à 17:30 - Haut - 1 commentaire



Jeudi 04 mars 2004

Mousse Lorraine

Vite fait mal fait et à la bourre, l'appel au peuple pour la MousseLorraine de demain à Nancy et à partir de 20h au Chtimi, place St-Êpvre. Inscirption non obligatoire sur le Wiki (suivre le lien ci-dessus).

be-rewt à 13:56 - Haut - 0 commentaire


L'école rend obèse

Méfiez vous de ces instituteurs mal attentionés qui tendent un verre de lait à votre enfant. Tel un dealer proposant un échantillon gratuit à un futur toxico, l'instituteur risque de faire tomber votre enfant dans la spirale infernale du grignotage.

Oui parent, tu peux avoir la consicence tranquille, le petit Victor n'est pas obèse parcequ'il s'affale devant la télé armé de son pot de nutella format familial en rentrant le soir. Son surpoids n'est pas non plus la conséquence des repas déséquilibrés pris à la va vite le soir quand vous rentrez du boulot. Non, Victor est obèse parce que les pauvres ne peuvent pas s'offrir un petit déjeuner correct et que du coup tout le monde doit se taper du lait le matin. Pauvre enfant, victime de l'éducation nationale qui refuse de mettre ses enfants de pauvres à part le matin pour leur offrir leur petit déjeuner. Salauds de pauvres, vou ne pensez qu'à engraisser les enfants de riches !

be-rewt à 11:14 - Haut - 2 commentaires



Mercredi 03 mars 2004

Inertie cherche levier

Tu as viré plusieurs de tes derniers textes. Tu te remets à te tutoyer en plus, ça va mal. C'est le texte sur la démocratie participative qui t'as mis dans cet état. Ça t'a rappelé que tes plus gros doutes ne concernaient pas la classe politique mais les électeurs.

Tu te souviens des dernières législatives, les listes électorales de ta communes, les dernières pages quasiment vierges de signatures... Les dernières pages, celles qui contiennent les derniers inscrits, quelques nouveaux arrivants, beaucoup de jeunes. La mobilisation du second tour de la présidentielle était déjà loin, quelques mois après seulement. Tu t'étais dit à l'époque ils savent ce qu'ils ne veulent pas mais il ne savent pas ce qu'ils veulent. Tu entends encore ces voix qui t'expliquaient qu'on ne voit pas de différence entre la droite et la gauche, que les politiques sont éloignés des réalités, qu'il n'y a pas de propositions concrètes, que le résultat d'un scrutin importe peu. Tu te reconnaissais dans certains des constats, pas dans les conclusions. Les excuses sont si faciles à trouver que tu en étais sorti groggy. Tu n'étais de toute façon pas assez serein pour argumenter, alors autant se taire.

Tu t'étais alors dit qu'il n'était finalement pas nécessaire de t'engager, tu avais déchiré le formulaire d'adhésion que tu avais demandé quelques mois auparavent. Il n'étaient peut-être pas une majorité à penser comme cela mais ils étaient suffisant pour te couper dans ton élan. Il y a quelques jours, tu as reçu un coup de fil. La dernière relance téléphonique pour te demander si tu voulais ou non participer. Tu as répondu non, machinalement. Au fur et à mesure de l'écriture de ce billet, tu te dis que c'était peut être une connerie, que tu vas les rappeler et modifier ton choix. Qu'il est temps que tu mettent en accord ton comportement et tes idées.

La démocratie participative n'a pas besion d'internet, elle a besoin de l'engagement de chacun, elle a besoin qu'on fasse des efforts pour l'obtenir, pas d'attendre un médium miracle pour palier à une société individualiste. Ça c'est ta théorie, à toi de passer à la pratique. Tu n'es pas serein mais tu y vois déjà plus clair.

be-rewt à 13:20 - Haut - 2 commentaires



Mardi 02 mars 2004

Politique de l'autruche

Non, la politique de l'autruche n'est pas bonne.

J'aime bien quand mes billets on un enchainement quasi-logique...

be-rewt à 09:59 - Haut - 0 commentaire





Ce site est hébergé par ovh. Il a été codé à la mimine par son auteur (aidé par la doc php). Les jours de beau temps, il a le bon goût d'avoir un code XHTML1.0 valide et il en va de même pour sa feuille de style, et pour son pauvre petit et ignoble fil RSS. Mon voisinage est disponible sur GeoURL.